Compensation territoriale@ : Cybelle Planète, premier opérateur de voyages en Europe à y souscrire !

×

Message d'erreur

  • Notice : Trying to access array offset on value of type null dans theme_image_formatter() (ligne 602 dans /home/piyhlik/www/levoyagedurable.ovh/modules/image/image.field.inc).
  • Warning : array_key_exists() expects parameter 2 to be array, null given dans theme_image_formatter() (ligne 605 dans /home/piyhlik/www/levoyagedurable.ovh/modules/image/image.field.inc).

Le 8 octobre 2010, Messieurs Alain Laurent, Pascal LLuch et Jean-Pierre Lamic déposaient la notion de compensation territoriale à l’INPI.

Et en décembre 2012, ils se retrouvaient à Montpellier dans le cadre de l’organisation du second FNTR (Forum National du Tourisme Responsable).

Ils y avaient invité une « journaliste » du site Voyageons Autrement pour suivre l’événement et le relater.

Bernard Patron, directeur de l’organisme La Route des voyages, alors membre de l’Association des Voyageurs et Voyagistes Éco-responsables (V.V.E), avait été sollicité pour tester la compensation territoriale@ imaginée par ses trois dépositaires, et la présenter au public.

La conférence s’intitulait « Retour d’expériences d’un voyagiste engagé » …

Et quelques jours après, la « journaliste », une jeune femme, qui, de journaliste n’avait que le titre attribué par Voyageons Autrement, écrivit l’un des 14 articles publiés par ses soins sur ledit portail…, avant de disparaître.

Comme c’est le cas dans beaucoup d’écrits publiés par Voyageons Autrement, l’article comporte plusieurs erreurs et non-sens.

Il est dit par exemple : « Le voyagiste décide donc d’aider davantage de petites associations, et instaure, avec V.V.E, le principe de la compensation territoriale@ ».

Or, Monsieur Bernard Patron n’a pas instauré avec V.V.E la compensation territoriale@. C’est V.V.E qui, avec Monsieur Alain Laurent, lui a demandé de présenter des exemples concrets de ce qu’il avait mis en place, à partir de la notion que nous avions créée depuis 2010, au cours du FNTR de 2012.

Quelques mois plus tard, Bernard Patron nous faisait savoir que la Route des voyages souhaitait quitter V.V.E.

Dont acte.

Continuant à utiliser la terminologie « Compensation territoriale@ » pour des actions qui ne relevaient pas du mécanisme que nous avions établi, je lui demandai de bien vouloir retirer cette mention de son site Internet.

Ce qu’il finit par faire en instaurant la terminologie « Compensation solidaire », une façon simple et « éthique ? », de procéder à une modification, sans prendre en compte une quelconque cohérence sémantique !

Que peut signifier « Compensation solidaire ? », si ce n’est représenter un pâle plagiat de la notion que nous avions définie scientifiquement en collaboration avec l’association « Territoires Responsables ».

Cette terminologie a pourtant été utilisée par La Route des voyages de 2012 à 2020…

Dans cet article de 2012, Monsieur Patron déclare « La compensation carbone, c’est un droit à polluer ».

Oui, sur ce point nous étions et sommes toujours d’accord ! C’est d’ailleurs le titre de l’un de nos derniers articles.

Ce qui nous amène à nous poser la question de savoir pourquoi alors, il a rejoint récemment l’Association ATR (Agir pour un Tourisme Responsable), qui incite très largement ses membres à utiliser la compensation carbone, et par conséquent à intégrer une liste de membres dont un bon nombre – pour reprendre ses dires – s’octroient un droit à polluer...

Quelle est sa logique ? Puisque dans cet article, il ajoutait « La compensation territoriale permet d’aider un territoire dans sa volonté de préserver un patrimoine, humain ou naturel, elle donne du sens à notre projet. Cela ne donne pas le droit de polluer, c’est un don, puis révélant sa véritable nature, il ponctuait ainsi « Déductible des impôts ! ».

Les trois petits projets décrits en fin du même article ne se distinguent en rien des actions traditionnelles de tourisme solidaire…

Certaines reflétant un véritable engagement auprès de peuples auxquels les opérateurs sont attachés, et d’autres ne servant qu’à soulager la bonne conscience de voyagistes généralistes, leur procurant, en outre, un bel argument marketing

 

Et, non, Monsieur Patron, la Compensation territoriale@ n’est pas un don déductible des impôts !

C’est une contribution volontaire pour l’heure, et que nous comptons bien faire imposer aux organismes les plus destructeurs de territoires un jour…

Non, la Route des voyages, n’a donc pas été le premier opérateur de voyages à souscrire à la compensation territoriale@, dont son directeur semble avoir une vision bien déformée.

Sur ce sujet la conclusion est que nous nous étions trompés d’organisme de voyage lorsque nous avions choisi La Route des voyages pour la présenter en 2012.

Demandant à Voyageons Autrement de retirer cet article obsolète, je n’ai pas reçu de réponse.

Il faut dire que depuis début 2018, un sérieux contentieux m’oppose au Directeur de ce site qui, bloque toute information provenant des structures de taille artisanale n’ayant pas eu les moyens de s’offrir un encart publicitaire dans « 10 ans de tourisme durable », dont le titre laisse franchement à sourire pour qui connaît la plupart des acteurs solvables qui y insérèrent une publicité.

Car oui, cet ouvrage n’était qu’un catalogue publicitaire dont l’objet premier était de mettre en avant les bailleurs de fonds habituels du site, qui par ailleurs clame à qui veut l’entendre qu’il est indépendant et gratuit…, alors que les programmes d’une trentaine d’agences de voyages, ainsi qu’une demande de devis figure sur sa page d’accueil, et qu’il affiche ses tarifs d’insertion d’articles…

Ce site ne peut donc prétendre, à l’inverse du Média du voyage durable, être libre, indépendant… et gratuit !

 

Le premier opérateur de voyages à souscrire à la compensation territoriale@, telle qu’elle a été imaginée par les créateurs de la notion, est Cybelle planète, membre de V.V.E depuis des années.

Celle-ci l’a annoncé le 29 septembre dernier dans une Newsletter intitulée « Nos mesures pour un écovolontariat plus durable : 3 résolutions pour voyager en accord avec nos valeurs ».

Oui, parce que Cybelle Planète est une association d’écovolontariat qui a des valeurs…, ce qui la différencie singulièrement de nombreux organismes se référant au tourisme durable !

Maintenant, nous allons continuer de travailler ensemble pour mettre en application cette notion, et avec des partenaires dont le greenwashing ne constitue pas l’unique préoccupation.

Vous allez donc être régulièrement informés des avancées qui seront obtenues en ce domaine.

≠Greenwashing - ≠CompensationTerritoriale - ≠CybellePlanete - ≠TourismeSolidaire - ≠Ecovolontariat - ≠CompensationCarbone

Indépendance et liberté d'expression

Pour être totalement indépendant, un média ne peut compter que sur les dons pour vivre...

Le gage pour que la liberté d’expression puisse continuer d’exister, tout comme le Média du voyage durable, passe donc immanquablement par une participation, même minime des lecteurs qui profitent d’écrits libres de toute influence…

Alors, merci à tous ceux qui soutiendront ce travail d'information.

Voici le lien vers notre cagnotte en ligne

Et ici l’article qui vous en dit plus à ce sujet

Auteur : 
Jean-Pierre LAMIC

Ajouter un commentaire