Kalo Taxidi : la première maison d’édition à relocaliser ses ventes…

×

Message d'erreur

  • Notice : Trying to access array offset on value of type null dans theme_image_formatter() (ligne 602 dans /home/piyhlik/www/levoyagedurable.ovh/modules/image/image.field.inc).
  • Warning : array_key_exists() expects parameter 2 to be array, null given dans theme_image_formatter() (ligne 605 dans /home/piyhlik/www/levoyagedurable.ovh/modules/image/image.field.inc).

Kalo Taxidi est La Maison d’Édition des voyages alternatifs, responsables et solidaires.

Elle a décidé de relocaliser ses ventes, voici pourquoi.

Relocaliser, voilà un des mots qui se trouve dans l’air du temps…, cependant, il aurait certainement mieux valu ne jamais avoir délocalisé…, non ?

Relocaliser les productions de denrées, de nourriture, devrait prendre du temps, mais ne semble pas impossible à réaliser !

 

En revanche, expliquez-nous comment il est aujourd’hui possible de relocaliser la production de livres…

Pour bien comprendre :

Chaque livre dispose d’un numéro d’identité, c’est son ISBN, qui comporte 13 chiffres.

On le trouve généralement au dos de celui-ci.

Une fois identifié par l’éditeur, celui-ci le rentre sur un logiciel, de manière à ce que toute librairie puisse le trouver et le commander.

Allez savoir pourquoi, sauf Gibert Jeune…, qui dispose d’un système à part…

 

Que se passe-t-il ensuite ?

Un lecteur souhaite commander l’ouvrage en version brochée : Soit, il se rend chez son libraire, ou bien chez Decitre, à la FNAC, ou encore, il le commande sur Amazon

Dans les deux premiers cas, l’éditeur reçoit la commande et expédie le livre qu’il a imprimé auparavant, sauf pour de gros éditeurs comme L’Harmattan qui peuvent le faire fabriquer à la demande, et donc travailler à flux tendu, sans stock à gérer.

S’il s’agit d’une librairie ordinaire, l’éditeur offrira une remise d’environ 30% du prix de l’ouvrage.

Pour Decitre ou la FNAC, la remise sera de 40%.

Au final, l’éditeur doit expédier la commande, en incluant des frais d’envoi… exorbitants.

De plus, Kalo Taxidi est basée à Chambéry, mais si la FNAC ou le magasin Decitre de Chambéry commandent un ouvrage, il s’agira de l’expédier en région parisienne pour le premier, et en Haute-Marne pour le second…, avant que celui-ci ne revienne à son point de départ !

Voilà à quoi a mené l’industrialisation, les économies d’échelle (pas pour nous, les acteurs de la microéconomie !), et les délocalisations.

Dans le dernier ouvrage publié par Kalo Taxidi : « Le voyage immobile d’un confiné en montagne », l’éditeur explique, et met cartes sur table :

Pour l’avant dernier ouvrage publié « Tourisme durable, de l’utopie à la Réalité », (440 pages – 700 grammes), le coût de l’impression est de : 6,53 € par livre.

Le tarif d’expédition d’un ouvrage unique est de 6,11 euros, a minima.

Reprenant l’ensemble : 22,90 (le prix du livre cité ci-dessus) -9,16 (40 % reversés à Decitre ou la FNAC) -6,53 (fabrication) – 6,11 (PTT) = 1,1 euro !

Nous n’avons toujours pas payé les frais annexes, et l’auteur, quant à lui, qui génère cette activité, ne peut rien percevoir de son travail nécessitant des milliers d’heures de recherches et d’écriture…

Or, Les commandes passées par Decitre et la FNAC représentent 90 % de nos ventes de livres brochés (hors Amazon) … Pour Amazon, nous ne connaissons pas le nombre d’exemplaires vendus, juste le montant des ventes compilant version brochée et Ebooks.

Nous vendons peu d’ouvrages par l’intermédiaire des librairies ordinaires, notamment parce que nombre d’entre-elles ne prennent plus de livres en dépôt..., à l’image de Raconte-moi la terre à Lyon, pourtant spécialisée dans le voyage…

De plus, certaines se font prier plusieurs fois avant de régler leur achat quelques mois plus tard.

Le record est un impayé pour trois livres vendus en juillet 2018.

Les ouvrages invendus retournés par les librairies sont en général invendables au prix du neuf, voire juste invendables.

 

Chaque année, les tarifs de la Poste augmentent de 10 %..., sans qu’aucune protestation ne s’élève…, et l’État laisse faire…

Ajoutez à cela les tracasseries administratives, et vous aurez compris que relocaliser devient une obligation pour un éditeur de taille artisanale.

Oui, mais comment relocaliser la production de livres ?

La réponse est celle-ci : en vendant nos livres en direct, comme le producteur de légumes le fait de plus en plus souvent et facilement.

Oui, mais voilà, si le consommateur a compris tout l’intérêt de la relocalisation concernant les légumes, comment lui faire changer de manière drastique ses habitudes de « consommation » concernant des livres ?

Pour le troisième cas : la commande passée sur Amazon, le consommateur peut-il imaginer qu’il fait fabriquer un livre que l’éditeur avait déjà fait imprimer dans l’espoir de le vendre.

Ainsi, un exemplaire supplémentaire va devoir demeurer au sein du stock d’invendus de celui-ci…

Le comble de l’histoire étant que l’unique moyen d’équilibrer les comptes vers le chiffre zéro, provient des réversions effectuées chaque mois par Amazon, et de temps à autre par Kobo (FNAC) sur les ventes en ligne, notamment des versions Ebook

 

Dans le lien ci-dessous François Ruffin explique à ceux qui lui reprochent l’apparente incohérence de publier ses livres sur Amazon, les raisons de ce choix assumé…

https://francoisruffin.fr/livres-ruffin-amazon/

#TourismeAlternatif - #TourismeSolidaire - #TourismeResponsable - #Relocalisations - #Ecotourisme #VoyageImmobile

Nous partageons totalement son analyse… malheureusement !

Ainsi, pour ce quatrième ouvrage publié par Kalo Taxidi, l’éditeur a fait le choix de ne pas le mettre à disposition des libraires et de le commercialiser en direct !

Pourquoi envoyer des centaines de livres par la Poste pour faire vivre ses actionnaires, ainsi que ceux d’Amazon, de la FNAC et de Decitre, et ne pas pouvoir rémunérer le travail de l’auteur et de l’éditeur qui ont créé cette activité culturelle et économique ?

Pourquoi expédier indirectement du CO2 dans l’atmosphère, en raison des choix opérés par ces grands groupes, ou de celui des libraires de ne plus « s’embêter » à gérer les livres en dépôt ?

Par conséquent, il est fort probable que nous vendions moins de livres, mais pas certain que nos comptes en pâtissent…

Le perdant dans l’histoire, sera à n’en pas douter, le consommateur, qui un jour n’aura plus accès qu’aux gros tirages…

Et ne comptez pas sur la presse traditionnelle pour vous expliquer cela…

Nous vivons une époque formidable, n’est-ce pas ?

Ainsi, vous savez pourquoi Kalo Taxidi est la première maison d’édition à relocaliser ses ventes.

Vous pouvez vous procurer directement sur son site, les quatre ouvrages publiés depuis 2017 : en retour, elle vous offrira les frais d’expédition.

« Cuba – 1988 – 2017 , voyages en immersion au cœur d’un pays controversé »

« Écotourisme et tourisme solidaire : 35 ans à la rencontre de l’Autre »

« Tourisme durable – de l’utopie à la réalité »

« Le voyage immobile d’un confiné en montagne »

Merci d’avance aux lecteurs qui auront acheté leur livre directement du producteur au consommateur sur le site de Kalo Taxidi, le pionnier de la relocalisation de la production de livres…

Grace à ceux-ci, Kalo Taxidi ne participera plus à financer les gros distributeurs.

Cependant, elle contribuera néanmoins à continuer d’enrichir les actionnaires de CNP Assurances et de la Caisse des dépôts et consignations devenus actionnaires principaux de la Poste en… mars 2020…

Pour qui ne le saurait pas la Caisse de dépôts et consignations possède une filiale : La Compagnie des Alpes qui gère un tiers des stations de ski françaises, et les parcs de loisirs européens les plus rentables. Elle affichait une marge bénéficiaire de 30% en 2016…

Mais certains médias vous affirmeront sans sourciller, que non, la Poste n’a pas été privatisée…

#TourismeAlternatif - #TourismeSolidaire - #Ecotourisme - #TourismeResponsable - #VoyageImmobile - #TourismeDurable

Auteur : 
Jean-Pierre LAMIC

Ajouter un commentaire